Khiva-lliwood

_MG_9125b.jpg

_MG_9123b.jpg

_MG_9121b.jpg

Ce jour-là, le centre historique de Khiva était le théâtre du tournage d’un film probablement épique.  Interdiction de photographier !  Mais, le temps qu’on me le signale, quelques clichés étaient déjà dans la boîte !

Publicité

La muraille dorée

_MG_9033b.jpg

Khiva est entourée d’une muraille de 2,2km.  Plusieurs morceaux dateraient encore du Ve siècle.  Les plus solides sont plus récents : ils ont été érigés entre 1686-1688.  L’accès à la ville se fait par 4 ouvertures.  Les portes, fermées du crépuscule à l’aube, protégeaient la ville des attaques et des tempêtes du désert.  Elles permettaient aussi de contrôler les entrées et d’imposer des taxes aux caravanes.

Frères, soeurs et compagnies

A la veille de repartir pour une nouvelle balade, il est plus que temps de terminer la promenade parmi les images ouzbèques. 

Alors, après Samarcande, Shakrisabz et la région de Langar, Boukhara, place à la suite de la visite de Khiva, la ville la plus reculée sur la route de la Soie, dont l’existence est attestée dans les chroniques dès le Xe siècle.  Autrefois ville des voleurs, de trafiquants et de khans cruels, la spectaculaire Khiva est aujourd’hui une ville-musée restaurée, il est vrai, avec un brin de clinquant.  Mais petit à petit, les habitants, bien que toujours moins nombreux que les touristes, ont réinvestit le lieu.  Quelques photos de familles, prises lors des déambulations alétoires que j’affectionne particulièrement.

_MG_9009b.jpg

 

_MG_9013b.jpg

 

_MG_9015b.jpg