Arrêt de balade intempestif

_MG_7503b

Une mauvaise glissade… et la balade, c’est au sein du secteur hospitalier islandais qu’elle se poursuit.
C’en est terminé pour l’Islande un peu plus vite que prévu, et d’ailleurs aussi de tout l’été, puis de toute randonnée pour de longs mois.
17 juillet 2009.

Des ronds dans la roche

Le chemin sur le plateau en surplomb de la rivière me plaît moyennement.  Le ciel reste imperturbablement gris; le chemin est plein de rochers, de crevasses, de gravillons partout.  Je tâche d’éviter au maximum un grand groupe de marcheurs que j’aperçois devant moi, un autre que j’entends derrière moi.
Je finis par faire un stop dans un endroit à peu près tranquille, dos à un gros rocher qui me coupe du vent frais.  Je ne tarde pas à me faire rejoindre par un jeune polonais qui avait planté sa tente à côté de la mienne la veille et avec qui j’avais partagé un thé.  Il me dit toute son inquiétude pour le passage du dernier gué : un de ses amis y est passé en juin et a eu de l’eau jusqu’à la taille, me dit-il.
Je poursuis mon chemin en le laissant terminer son repas et dépasse bientôt le groupe qui s’est lui aussi arrêté pour la pause midi.
Le plateau s’achève enfin.  L’on aperçoit la rivière en contrebas.  Dans les environs, les roches font de bizarres structures concentriques.  Un petit cliché pour m’en souvenir.

_MG_7499b

_MG_7500b

Le lit de la rivière est très large et caillouteux.  Du haut, on ne voit pas très bien le torrent qui coule dans le fond et qu’il va falloir passer.
Une dernière photo de la vallée, puis…

_MG_7501b

…la tête pleine d’appréhension, je range mon appareil photo et j’entame la descente.
C’est alors que…

Landmannalaugar trek – 17 juillet 2009.

La montagne à pointes

_MG_7485b

Landmannalaugar trek – 17 juillet 2009 – dernier jour qui doit me mener à Thórsmörk.
La promenade de la veille, qui n’était d’ailleurs pas si courte qu’annoncée, a bien entamé la batterie de mon appareil photo.  Il va falloir être économe et espérer qu’il y aura moyen de recharger à destination.  Le chemin fait le tour du pic « far-west » que l’on apercevait de plus loin de l’autre côté du canyon.  Après quoi, il suit la rivière dont les parois se font de plus en plus douces, au milieu d’un paysage d’apparence plat, mais qui se révèle rapidement plutôt chaotique.